Cardyn, Alia – Mademoiselle Papillon

Robert Laffont – 15 octobre 2020

4ème de couverture

L’histoire inouïe de Thérèse Papillon, reconnue juste parmi les nations, révèle la force de nos rêves.

Gabrielle, 30 ans, infirmière, s’occupe de grands prématurés dans un service de néonatologie intensive. L’univers de la jeune femme s’est réduit aux quelques mètres carrés de sa salle, la salle 79, où elle glisse lentement dans l’indifférence, lorsqu’elle découvre l’histoire de Mademoiselle Papillon.
En 1920, dans une France ravagée par la Première Guerre mondiale, cette infirmière de la Croix-Rouge est envoyée au dispensaire de Vraignes-en-Vermandois. Alors qu’elle tente de mener à bien sa mission, la vision des enfants qui succombent dans la rue l’obsède. Une ambition se forme et prend bientôt toute la place : elle doit bâtir une maison pour les protéger.

Lorsqu’elle franchit le seuil de la sublime abbaye de Valloires, Mademoiselle Papillon est convaincue d’approcher son rêve.

Ce roman mêle le destin de deux infirmières et met en lumière une femme exceptionnelle : Thérèse Papillon, qui a sauvé des milliers d’enfants et a été reconnue Juste parmi les Nations. Après avoir mené une véritable enquête – en néonatologie mais aussi auprès de ceux qui ont connu Thérèse Papillon –, Alia Cardyn livre un hommage sensible et lumineux aux femmes qui ont l’audace d’incarner le changement.

Mon avis

Attention, coup de cœur !

Alia Cardyn nous prévient : ce roman est une œuvre de fiction et ne doit en aucun cas être considéré comme une biographie.  En effet, Mademoiselle Papillon a existé même si l’auteure a pris quelques libertés dans la narration.  Mais le fond de l’histoire est bel et bien réel, et quelle histoire !

Gabrielle, infirmière en néonatalogie, est fatiguée, plus rien ne tourne rond dans sa vie, la dépression guette.  Sa Maman est romancière et lui donne à lire son dernier manuscrit, relatant la vie de Thérèse Papillon et son ambition d’ouvrir un préventorium.

L’auteure a choisi d’alterner les époques : nous découvrons en même temps que Gabrielle les exploits accomplis par Thérèse Papillon.  La ténacité de cette infirmière qui a œuvré de 1922 jusqu’à sa mort en 1986 pour trouver un lieu d’accueil afin de soigner et d’aider tout enfant se présentant à sa porte – on parle ici de 25.000 enfants ! Durant la seconde guerre mondiale, elle n’a pas hésité un instant à accueillir et cacher des enfants juifs, ce qui lui a valu le titre de « Juste parmi les nations ».

J’ai aimé la subtilité avec laquelle la Maman de Gabrielle vient en aide à sa fille qui perd les pédales, j’ai tremblé pour Thérèse et ses petits protégés et j’ai été émue aux larmes par les pensionnaires, parents et enfants, de la Salle 79. Alia Cardyn nous offre ici un roman fort tout en pudeur, en douceur et en bienveillance.  Une très belle découverte !

Je voulais raconter une histoire sur le pouvoir du don de soi. On oublie que lorsque l’on prend soin d’un autre être humain, on prend soin de ceux qui croiseront sa route. L’amour suscite l’amour. Cela nous donne un pouvoir personnel infini.

Une réflexion sur « Cardyn, Alia – Mademoiselle Papillon »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s