Giebel, Karine – Chambres noires

Belfond – 5 novembre 2020

4ème de couverture

Après D’ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.

Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vu venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu la force de résister.
Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
Il y a ce manque de chance.
Il y a cette colère, ce dégoût.
Il y a…
Des fois où on préférerait être mort.

Voilà ce qu’on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l’auteure emprunte les titres de grands films qui l’ont marquée.
Karine Giebel, dont les romans sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, a désormais une place de choix dans l’univers exigeant de la nouvelle. Après D’ombre et de silence (2017), elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur. Des textes engagés d’une auteure engagée.
À la fin de l’ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Cœur ainsi que Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Mon avis

Grande fan de Giebel, je remercie vivement les Editions Belfond ainsi que NetGalleyFrance de m’avoir offert la possibilité de découvrir cet ouvrage.

Je ne suis généralement pas fan de nouvelles, mais quand elles sortent de la plume de Karine Giebel, j’en redemande !

Si, comme moi, vous avez tout lu de cette auteure, nous n’êtes pas sans savoir qu’elle excelle dans le registre du noir et plonge à chaque fois ses lecteurs dans des histoires relatant ce que l’humain porte en lui de plus vil.

Ce recueil de nouvelles à travers lesquelles Karine prend position, est légèrement différent de ce que l’auteure nous propose généralement.  Ici, il y a malgré tout de l’espoir ainsi que certaines notes positives.  On se prend en pleine face les combats de ceux qui vivent à nos côtés et que l’on a tendance à ignorer.  Un uppercut en ce qui me concerne.

Une réflexion sur « Giebel, Karine – Chambres noires »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s