Da Costa Rosa, Judith – Les douces

Grasset – 12 mai 2021

4ème de couverture

Ils étaient quatre, trois filles et un garçon : Dolorès, Zineb, Bianca et Hannibal. Quatre meilleurs amis devenus comme frère et sœurs, ayant grandi ensemble, connu les joies de l’enfance et les tourments des premiers sentiments, se jurant de ne jamais se séparer. La vie s’ouvrait à eux ; le lycée terminé, ils quitteraient leur village du Sud, découvriraient Paris. Mais le soir du bal de fin d’année, Hannibal disparaît et laisse celles qu’il appelait mes douces, seules et interdites.

Huit ans plus tard, son corps est retrouvé, sous terre, dans la propriété d’Auguste Meyer, sculpteur célèbre de la région, professeur de poterie des quatre enfants qui, jusqu’à sa mort, a nourri pour Dolorès, sa beauté, une étrange fascination. L’Officier Casez est chargé d’enquêter, il convoque les trois jeunes femmes ; l’une est devenue star sur les réseaux sociaux, l’autre étudiante, la dernière travaille dans un cinéma. Elles ne se parlent plus mais continuent de recevoir d’énigmatiques emails signés Hannibal. L’une le croit vivant, les autres pas.

A mesure qu’il essaie de percer le mystère de leur amitié, Léo Casez bute sur les interrogations : quel pacte les liait ? Qui était vraiment Auguste Meyer et pourquoi la mère de Dolorès le protégeait-elle ? En rouvrant les archives du passé, il force les secrets et nous entraîne dans les souvenirs de cet été brûlant, les joies et les tourments de quatre adolescents devenus si tôt adultes.

Un premier roman haletant, envoûtant comme un tour de magie.

Mon avis

Le corps d’un adolescent disparu depuis 8 ans est retrouvé enterré dans la propriété d’un sculpteur célèbre, dans un petit village.

Cependant, ce livre n’est pas un thriller ni un polar. Il s’agit ici d’un voyage dans l’enfance et l’adolescence d’un groupe de jeunes unis par un mystérieux serment et une amitié à toute épreuve.

J’ai aimé les jeunes femmes que sont devenues les héroïnes de ce roman, dont on découvre les forces et faiblesses à l’aide d’un judicieux mélange de leur histoire présente et passée.

Mais mon véritable coup de cœur va à l’Officier Casez.  A l’heure où les forces de l’ordre sont tellement décriées, je suis ravie que l’auteure ait dressé le portrait d’un homme empli de bonté et d’humanité.

Si vous avez envie de douceur, de mystère, de secrets et d’un soupçon de suspense, ce livre est fait pour vous. Moi, j’ai aimé.

Bravo à Judith Da Costa Rosa qui signe avec Les douces un premier roman fort bien réussi et merci à NetGalley ainsi qu’aux éditions Grasset de m’avoir permis de le découvrir.  Une auteure à suivre !

Une réflexion sur « Da Costa Rosa, Judith – Les douces »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s