Barbier, Samuelle – Celles qui restent

Hugo Roman – 3 septembre 2020

4ème de couverture

Celles qui restent est une histoire de soeurs. De femmes. De liens si puissants que les rompre bouleverse tout.

Celles qui restent est une histoire de soeurs. De femmes. De liens si puissants que les rompre bouleverse tout.

Clara est l’aînée, la sage, l’exemple à suivre. Celle qui fait tout comme il se doit, quitte à grincer des dents en se forçant à sourire.

Constance est la cadette. Si discrète, qu’on en oublie qu’elle existe… jusqu’à ce qu’elle décide de cesser d’exister en se jetant du haut d’un pont.

Lucy est la benjamine. Celle qui rit trop fort, parle trop fort, vit trop fort. Parce qu’elle a peur qu’on l’oublie.

Mais il y a aussi Marielle, qui elle, n’a ni soeur, ni frère, ni enfant, tout juste un vieux chien obèse. Celle qui a consacré sa vie aux autres pensait arriver au bout de son chemin dans l’indifférence, jusqu’à ce qu’un ange vêtu d’un manteau rouge se jette d’un pont, juste devant elle, et remette tout en question.

Mon avis

C’est avec les yeux humides que je termine la lecture de ce livre.

Le sujet est bouleversant mais c’est avec une douceur extrême que l’auteur nous fait vivre les diverses étapes du deuil que traversent, chacun à leur rythme et à leur façon, ceux qui restent après le suicide d’un proche, à savoir le choc, la douleur, la colère, le marchandage, la dépression, la reconstruction et, enfin, l’acceptation :

comment ai-je été assez stupide pour penser pouvoir l’oublier, ne serait-ce qu’une seconde.

Logan, T.M. – Holiday

Hugo Thriller – 18 juin 2020

Hugo Thriller - 18 juin 2020

4ème de couverture

Le sud de la France, un temps de rêve, une villa somptueuse avec vue imprenable sur les vignes : tout est réuni pour que Kate, ses meilleures amies et leurs familles passent des vacances parfaites.

Mais Kate bascule du paradis à l’enfer lorsqu’elle découvre à son arrivée un message qui ne lui laisse aucun doute : son mari la trompe.

Et sa maîtresse est là, dans la villa, avec eux.

C’est l’une de ses trois meilleures amies. Mais laquelle ? Laquelle est prête à piétiner vingt ans d’amitié et à détruire sa famille ?

Rowan, si raffinée ?

Izzy, si magnifique ?

Jennifer, si douce ?

Plus Kate s’approche de la vérité, plus elle comprend que son mari n’est pas le seul à avoir des secrets.

Et que quelqu’un, dans la villa, est prêt à tout pour protéger les siens.

Mon avis

Mais quelle belle surprise !

En lisant la 4ème de couverture de ce roman, je m’attendais à une lecture divertissante, sur fonds de soleil et piscine, dans laquelle on suivrait l’enquête un peu maladroite d’une femme convaincue que son mari la trompe avec l’une de ses meilleures amies. Une petite lecture estivale, installée sur mon transat comme le seraient ces 4 copines lors de ces vacances qu’elles passent ensemble, avec leurs maris et enfants, dans une magnifique villa au coeur de vignobles français.

Mes a priori ont valsé dès le premier chapitre : il y a un cadavre. Ce sera donc plus costaud qu’une prise de bec entre nanas manucurées !

Et effectivement, la tension monte crescendo, le lecteur vit en huis-clos avec ces quatre familles et découvre petit à petit leurs secrets et mensonges. En fin de compte, la jalousie n’y occupe qu’une très petite place. Le suspense est maintenu jusqu’aux toutes dernières pages, ce qui rend ce livre très difficile à lâcher.

Merci à Hugo Thriller pour cette belle découverte.

Läckberg, Camilla – Femmes sans merci

Actes Sud – 3 juin 2020

4ème de couverture

Ingrid Steen a renoncé à sa carrière de journaliste le jour où son mari infidèle a été promu éditeur en chef. Depuis, elle s’occupe de leur fille et s’efforce de maintenir l’image d’un mariage parfait.
Viktoria Brunberg est misérable, enchaînée aux fourneaux dans sa maison de Sillbo. Quand elle a découvert la véritable nature de son mari Malte, il était déjà trop tard.
Birgitta Nilsson, bientôt à la retraite, n’arrive pas à se libérer de son mari abusif. Depuis des années, elle fait tout pour cacher ses bleus.
Extrêmement différentes, ces trois femmes ont une chose en commun : elles sont toutes coincées dans des mariages destructeurs et toxiques. Via un forum sur le Net elles concluent un pacte : chacune va commettre le meurtre parfait en assassinant le mari de l’une des autres.

Mon avis

Mais qu’est-ce qu’elle nous a fait là, Camilla ? Etait-elle fatiguée ? Est-ce la raison pour laquelle elle ne s’est pas donné la peine de développer ? Je ne comprends pas.

Ce livre est, au maximum, une ébauche de manuscrit. C’est court, ça ne comporte aucune intrigue, c’est bâclé, c’est tout sauf du bon Camilla Läckberg malheureusement.

Je suis également très étonnée qu’Actes Sud ait publié ceci en l’état. Mystère, mystère…

Johnson, Sylvain – La petite sirène (série « Contes Interdits »)

Ada Editions – 12 octobre 2018

4ème de couverture

Cette version moderne de La petite sirène vous submergera dans les bas-fonds de la nature humaine et de l’horreur. Un conte d’espoir, de perdition, de déchéance, où sont exploités les plus bas instincts qui animent les hommes. Il faut parfois savoir accepter notre destin au risque de déclencher des évènements irréversibles. Un père alcoolique qui tente de noyer son enfant difforme. Un couple de monstres de foires en cavale, poursuivi par un policier corrompu, au service d’un juge pervers. Une magnifique sirène prisonnière des griffes d’un forain sadique et qui se lie d’amitié avec un garçon homard. Une mystérieuse attraction montréalaise, le palais des nains, qui cache des abominations, d’absurdes personnages de cauchemars aux intentions machiavéliques.

Mon avis

A force de voir passer ces Contes Interdits sur les réseaux sociaux, j’ai eu envie de découvrir ce qu’ils recelaient. Mon envie de découverte s’arrêtera là…

Si j’ai choisi de lire ce volume en particulier c’est, je l’avoue, pour sa jolie couverture – seul point positif de l’ouvrage. Mais dès les premiers pages, le choc: c’est mal écrit, ça n’a probablement jamais été relu avant d’être imprimé (je n’ai jamais lu autant de fautes de grammaire et de concordance des temps).

A la limite (quoique…), j’aurais pu passer outre ces défauts d’écriture si l’histoire avait été captivante. Mais il n’y a pas d’histoire ! Il n’y a qu’une surabondance de tortures, viols et sévices infligés à des personnages sans aucun caractère.

Bon allez, je dois admettre que ce livre m’a néanmoins procuré un sentiment, jamais égalé par aucune des mes nombreuses lectures précédentes, à savoir la satisfaction intense d’avoir tenu bon et de voir enfin apparaître le mot FIN !

Le Bihan, Samuel – Un bonheur que je ne souhaite à personne

Flammarion – 31 octobre 2018

4ème de couverture

Lorsque Laura apprend que César, son fils cadet, est autiste, elle décide de fonder une association offrant des méthodes alternatives, afin de lui éviter une structure psychiatrique.

Mon avis

Mais quel beau livre ! Et dire que c’est un premier roman pour cet auteur ! Chapeau bas.

Que d’émotions ressenties face à cette mère qui déplace des montagnes pour son enfant « différent ». Une maman comme nous toutes, avec ses craintes, ses rêves, ses envies, son amour, sa rage, son coeur de lionne.

Et tout ça, cerise sur le gâteau, écrit par un homme. Bravo Mr le Bihan d’avoir si bien compris et retranscrit la psychologie féminine. Si j’avais lu votre livre sans en connaître l’auteur, j’aurais mis ma main à couper qu’il avait été écrit par une femme.

Merci, merci, merci.

Kellerman, Jonathan – Breakdown

Seuil – 11 juin 2020

4ème de couverture

Qu’est-ce qui peut bien lier la mort d’une ancienne comédienne, Zelda Chase, qui a sombré dans la folie et la précarité, avec celle de l’assistant d’un grand cabinet d’avocats et la disparition de deux domestiques latino- américaines ?

Rien a priori, et la police de Los Angeles semble vouloir classer ces affaires. C’est sans compter sur la ténacité et l’efficacité du duo de choc Alex Delaware et Milo Sturgis. Car Zelda est une ancienne patiente d’Alex, et sa fin si tragique le laisse perplexe.

De plus, Zelda avait un fils de 11 ans, Ovide, que l’on ne retrouve pas après la mort de sa mère. Il n’en faut guère plus aux deux compères pour lancer leurs investigations.

Avec leur façon toute personnelle de mener l’enquête, l’inspecteur et le psychologue vont plonger une fois encore dans la noirceur de l’âme humaine…

Mon avis

Il m’arrive d’abandonner la lecture de certains livres parce que le style ne me plaît pas, parce que je n’accroche pas à l’histoire ou encore parce que l’intrigue est trop invraisemblable. Je le fais sans regrets, tant il y a de livres à lire qu’une vie entière ne suffirait pas.

Mais celui-ci est pire que tout : il ne se passe strictement RIEN.

Villain, Isabelle – Blessures invisibles

Taurnada Editions – 9 janvier 2020

4ème de couverture

Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main.La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient.

Dans le même temps, le « tueur au marteau », demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service.

Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

Mon avis

J’ai eu la chance d’obtenir ce livre, avant sa sortie officielle, au Salon de Raimbeaucourt fin 2019.

En vrai, Isabelle Villain est une nana incroyablement sympa mais dans ses bouquins, c’est une autre histoire ! Elle m’a secoué le cerveau, j’ai trouvé 100 coupables et en fin de compte, j’avais tout faux. Et c’est ça que j’aime dans un bouquin : être surprise jusqu’à la dernière page !

Merci Isabelle, j’ai passé une excellente journée en compagnie de Rebecca, Tom, Cyril, Richard & cie

Läckberg, Camilla – La cage dorée

Actes Sud – 11 avril 2019

4ème de couverture

Faye a voué sa vie à Jack, elle a tout sacrifié pour lui. Mais lorsque Jack, coureur de jupons invétéré, la quitte pour une jeune collaboratrice, laissant Faye complètement démunie, l’amour fait place à la haine. La vengeance sera douce et impitoyable : il lui a tout pris, elle ne lui laissera rien.

Premier volet d’un diptyque, «La Cage dorée» est un thriller glaçant qui résonne funestement avec l’ère #MeToo. Pour la première fois, Camilla Läckberg quitte Fjällbäcka pour explorer la perversité de l’homme dans les hautes sphères de la société stockholmoise. Et montrer combien il peut être fatal de sous-estimer une femme…

Mon avis

Camilla Läckberg nous offre avec La cage dorée un changement de style très bienvenu.

En effet, même si je suis fan de la première heure de ses séries policières, je dois avouer que les dernières ne m’emballaient plus autant. L’impression de tourner en rond, d’avoir fait le tour des personnages, l’agacement grandissant que je ressentais envers Erica et surtout, à force, cette déception de ne plus être surprise et cette facilité à pressentir le dénouement beaucoup trop tôt dans l’enquête.

Quelques clichés et caricatures sont à déplorer dans cette histoire, mais Camilla est pardonnée puisqu’elle a fait l’effort de sortir de sa zone de confort.

Elle est maligne Camilla, grâce à ce nouveau genre, elle conservera ma fidélité !

Goldberg, Lee Matthew – Mentor

Hugo et Compagnie – 5 octobre 2017

4ème de couverture

Tout semble sourire à Kyle Broder, jeune éditeur dans une grande maison d’édition new-yorkaise. Lorsque Kyle est contacté par William Lansing, son professeur à l’université, il est ravi et décide de présenter son mentor à sa charmante petite amie, Jamie. À cette occasion William propose à Kyle le manuscrit d’un texte sur lequel il travaille depuis de nombreuses années.

Au départ, Kyle est enchanté à l’idée de le publier, mais après avoir lu quelques pages, il est profondément choqué par la perversité du récit.

Lorsque Kyle en refuse la publication, William commence à ruiner la vie de l’éditeur, s’en prenant successivement à son chat, sa copine et son auteur vedette. Kyle est alors obligé de se replonger dans le roman de William, Devil’s Hopyard et il découvre alors que le livre fait étrangement écho à l’histoire de la disparition non élucidée de Mia – sa petite amie à l’université – et ressemble cruellement à la confession d’un criminel.

Mon avis

Attention, coup de coeur !

Un rythme soutenu, une tension psychologique qui augmente au fil des chapitres, à tel point qu’il est par moments tentant de faire des pauses dans la lecture, exercice terriblement difficile car ce livre est impossible à lâcher. Des personnages manipulés à qui on a envie de venir en aide et un final magistral.

Après ma lecture, j’ai pris contact avec Lee Matthew Goldberg car j’aime échanger avec les auteurs de mes romans coups de coeur et en découvrir un peu plus à leur sujet. Lee Matthew est terriblement gentil et disponible et nos échanges se sont fort heureusement déroulés dans une ambiance bien moins pesante que celle présente dans Mentor !

Ne reste plus maintenant qu’à attendre la sortie de son prochain roman (et sa traduction française) sur lequel je me jetterai les yeux fermés !

Villain, Isabelle – Mauvais genre

Taurnada Editions – 15 novembre 2018

4ème de couverture

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.

Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Mon avis

Un mot, un seul, pour résumer cet ouvrage : bravo !

J’ai eu la chance de rencontrer Isabelle Villain au Salon de Raimbeaucourt fin 2019 et, ne connaissant pas son univers, je lui ai demandé de m’en parler, ce qu’elle a fait avec plaisir et enthousiasme.

Elle m’a expliqué s’être renseignée auprès de policiers, psys et divers professionnels pour s’assurer que son bouquin tenait la route. Et résultat : je confirme, il tient la route et tient surtout le lecteur en haleine.

Des chapitres courts, de nombreux rebondissements, une enquête rondement menée, des personnages attachants, une fin parfaite dont je ne peux pas parler sans spoiler.

Bref, un excellentissime moment de lecture en compagnie de Rebecca et son équipe, que j’ai hâte de retrouver dans le volume suivant. Et ça tombe bien, il est revenu lui aussi avec moi de Raimbeaucourt !