Morello, Lorenzo – Le chien qui souriait en repensant à sa vie

Editions Poussière de Lune – 1 octobre 2018

4ème de couverture

« C’est vrai qu’un chien qui sourit en repensant à sa vie, ça peut sembler bizarre. Mais ne vous fiez pas trop vite aux apparences ! Tenez, moi par exemple, couché dans la salle d’attente du vétérinaire où prendra bientôt fin cette exaltante existence et malgré des douleurs à l’abdomen que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi, eh bien, je souris. En repensant à cette vie et à la précédente, à la carrière d’architecte qu’il m’a fallu abandonner pour celle, non moins prestigieuse, de chien de compagnie. Je souris en repensant à Martine, mon épouse devenue maîtresse. Surtout, je souris en repensant à Hugues, mon enfant pour qui, à défaut d’être un bon père, j’aurai été un bon chien. »

Mon avis

Foire du Livre de Bruxelles, février 2019. Mon planning des auteurs à rencontrer sous le bras, je savais qui je voulais voir et je savais quels bouquins je comptais me procurer.

Quelques heures plus tard, mon tour achevé, il est temps de partir mais, parce qu’il est difficile de quitter un tel endroit, je m’autorise une dernière halte au tout dernier stand que l’on rencontre avant la sortie. Juste histoire de prolonger le plaisir car je ne connais pas les auteurs qui y sont présents et, à première vue, les livres proposés ne sont pas ma tasse de thé. 

Lorenzo Morello me parle de son roman. Mwais… j’sais pas… un père qui revient sous la forme d’un chien… bof bof… de fil en aiguille, on parle de sensibilité, de Samuel le Bihan… et je me laisse convaincre, j’achète son bouquin en me disant que ce sera une gentille petite lecture feel-good et délassante entre 2 thrillers.
Tu parles Charles !

Ce bouquin m’a fait rire dès la première page :

Merde, je vais pas mourir en écoutant Pascal Obispo, putain ! Pas Pascal Obispo !

Je me dis c’est bon, j’suis dans mon roman feel-good du dimanche. Mais que nenni ! Je suis passée du rire aux larmes, incapable de déposer ce livre bouleversant.

Comme quoi, on peut faire de belles découvertes en sortant de temps en temps de sa zone de confort.

Bravo et merci Lorenzo pour ce petit bijou.

King, Stephen – Elévation

Le Livre de Poche – 3 avril 2019

4ème de couverture

Dans la petite ville de Castle Rock, les rumeurs circulent vite. Trop vite.
C’est pourquoi Scott Carey ne veut confier son secret à nul autre que son ami le docteur Bob Ellis. Car avec ou sans vêtements, sa balance affiche la même chose, et chaque jour son poids diminue invariablement. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ?

Scott doit également faire face à un autre problème : les chiens de ses nouvelles voisines ont décidé que sa pelouse était le lieu idéal pour faire leurs besoins. Entre le couple et Scott, la guerre est déclarée. Mais lorsqu’il comprend que le comportement des habitants de Castle Rock, y compris le sien, envers les deux femmes mariées met en péril le restaurant qu’elles ont ouvert en ville, il décide de mettre son « pouvoir » à contribution pour les aider.

Mon avis

Quelle étrange sensation de lire un roman feel-good signé Stephen King. Il y a bien entendu du surnaturel, comme dans la plupart de ses ouvrages, mais l’histoire est gentille et tendre, ce à quoi le King ne m’a pas vraiment habituée. Petit plus, Stephen King fait passer de façon très subtile un message au sujet de l’euthanasie et de l’homosexualité.

Qui aurait cru qu’un jour « feel-good » et « Stephen King » se retrouveraient dans la même phrase !

Sarah Lou, Virginie

Editions Nouvelle Bibliothèque – 17 juillet 2019

4ème de couverture

Je m’appelle Fabienne. Mon travail est simple : il est de mentir à tous les individus qui me sollicitent pour faire des choix à leur place. Ils cherchent, à travers moi, des réponses qu’ils n’osent trouver seuls. A bien y réfléchir, je suis presque «psy», sauf que sur ma plaque d’entrée, il est inscrit « Médium ». Et autant dire que mes qualités de médium sont proches de celles pour remplir mes feuilles d’impôts, c’est à dire quasi nulles. D’ailleurs, cela fait bien rire ma meilleure amie, Rose. Rien que pour ça, je dois m’accrocher et lui prouver que je peux y arriver. D’autant plus que mes nombreuses clientes me demandent des choses de plus en plus complexes… Aïe !

Mes mensonges doivent donc tenir la route si je ne veux pas être démasquée. Ça, plus mon père qui refait sa vie, mon célibat assumé, mes espoirs de maternité en solo qui s’éloignent et ma culpabilité légendaire qui refait surface : j’avoue ne plus trop savoir où j’en suis… Heureusement, Monique, Jacqueline et grand-mère Huguette – une sacrée brochette – sont toujours présentes pour m’aider à affronter mes propres contradictions.

Mon avis

Ce livre, c’est « un chocolat chaud sous un plaid devant le feu ouvert ». Sauf que, l’ayant dévoré un 9 août 2020 caniculaire, je devrais plutôt opter pour la formule « smoothie dans un transat en bord de mer ».

Fabienne, l’héroïne et pseudo-médium, est attendrissante par son côté paumée au grand coeur et Rose est l’amie que nous rêverions toutes d’avoir. Huguette, Jacqueline et Monique ont la maturité que leur confère leur (grand) âge. Tout ce petit monde s’entraide, chacun prend soin de l’autre à sa façon et les personnages sont tellement bien décrits et attachants qu’à aucun moment ça ne devient niais.

C’est un roman feel-good, pas trop ma tasse de thé en général, mais Virginie Sarah Lou a réussi avec ce roman à me faire sourire, me faire rire, me faire monter les larmes au yeux et même à en faire couler quelques unes.

En ces temps moroses, Virginie Sarah Lou met du baume au coeur et pour cela, je dis merci et bravo !

J’ai contacté Virginie à la fin de ma lecture et nous échangeons sporadiquement depuis lors. Virginie est pareille à ses écrits : enjouée, positive, souriante. Son livre est bien à son image.