Beuglet, Nicolas – Ca n’arrivera pas

XO Editions – 25 novembre 2020

4ème de couverture

Et si on se projetait en 2022 ? Qu’en sera-t-il de la pandémie, du vaccin, des restrictions de liberté ?
Dans cette fiction, Nicolas Beuglet déroule le scénario qu’il redoute.
Histoire, dit-il, d’éveiller les esprits…
Glaçant.

Mon avis

2022.  Maïa et son père ont fait le choix de ne pas se faire vacciner contre le coronavirus, contrairement à la majorité de la population française.

Dès lors, leurs sorties sont réglementées, Maïa est déscolarisée, l’accès aux lieux de culture, de sport et commerces leur est interdit ou fortement surveillé.

Reconnaissance faciale, alertes sms, prise de température obligatoire, télésurveillance.

Liberté de choisir de se faire vacciner ou non ? Oui bien sûr…. Du moins il paraît que… Sauf que…

Une nouvelle glaçante, un aperçu du monde de demain ? Peut-on vraiment encore penser que « ça n’arrivera pas » ?

Giebel, Karine – Chambres noires

Belfond – 5 novembre 2020

4ème de couverture

Après D’ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.

Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d’être sale, d’être rien, moins que rien.
Ces dangers qu’on n’a pas vu venir, ces risques qu’on n’a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n’a pas eu la force de résister.
Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
Il y a ce manque de chance.
Il y a cette colère, ce dégoût.
Il y a…
Des fois où on préférerait être mort.

Voilà ce qu’on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l’auteure emprunte les titres de grands films qui l’ont marquée.
Karine Giebel, dont les romans sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, a désormais une place de choix dans l’univers exigeant de la nouvelle. Après D’ombre et de silence (2017), elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur. Des textes engagés d’une auteure engagée.
À la fin de l’ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Cœur ainsi que Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Mon avis

Grande fan de Giebel, je remercie vivement les Editions Belfond ainsi que NetGalleyFrance de m’avoir offert la possibilité de découvrir cet ouvrage.

Je ne suis généralement pas fan de nouvelles, mais quand elles sortent de la plume de Karine Giebel, j’en redemande !

Si, comme moi, vous avez tout lu de cette auteure, nous n’êtes pas sans savoir qu’elle excelle dans le registre du noir et plonge à chaque fois ses lecteurs dans des histoires relatant ce que l’humain porte en lui de plus vil.

Ce recueil de nouvelles à travers lesquelles Karine prend position, est légèrement différent de ce que l’auteure nous propose généralement.  Ici, il y a malgré tout de l’espoir ainsi que certaines notes positives.  On se prend en pleine face les combats de ceux qui vivent à nos côtés et que l’on a tendance à ignorer.  Un uppercut en ce qui me concerne.

Collectif – Storia

Hugo Poche – 15 octobre 2020

4ème de couverture

Blanche-Neige à Amsterdam, Pinocchio à Los Angeles, le Petit Chaperon rouge à Paris, Boucles d’Or qui tombe en panne là où elle aurait mieux fait de je jamais s’arrêter, le Petit Bonhomme de pain d’épices en proie à un serial killer trop gourmand… mais aussi Peau d’Ane, saint Nicolas, Poucet, Cendrillon et beaucoup d’autres : dix-sept auteurs de thrillers détournent les contes de fées, les légendes et les mythes de notre enfance au profit de l’association ELA.

Mon avis

Un régal pour les amateurs de Thrillers. Pensez-donc, 17 auteurs réunis en un seul livre ! Et quelle belle brochette : Nicolas Beuglet, Roy Braverman & Ian Manook, Armelle Carbonel, Christophe Dubourg, Nicolas Duplessier, Damien Eleonori, Thomas Enger, Jacques Expert, Victor Guilbert, Johana Gustawsson, Vincent Hauuy, Lorraine Letournel Laloue, Jérôme Loubry, Mo Malo, Ludovic Miserole, Alice Morgane, Ivan Zinberg.

Voilà l’avantage des nouvelles : lire avec plaisir les auteurs que l’on connaît et en découvrir de nouveaux et dès lors, alourdir encore un peu plus sa PAL…

Se faire plaisir et soutenir l’association ELA, voilà ce que nous propose Damien Eleonori, l’initiateur de ce projet qui a vu le jour en 2008 avec la parution de Phobia, tout aussi succulent.

Si vous souhaitez en savoir plus à propos d’ELA, association européenne contre les leucodystrophies, c’est ici que ça se passe.